CONFIDENCE: « MON MARABOUT M’A DEMANDÉ DE COUCHER AVEC MA MÈRE OU MA SŒUR »

 

 

Je suis une jeune femme. J’ai la trentaine. Et je viens partager avec vous mon histoire qui s’est passée il y a quelques années. Une histoire que je n’oublierai jamais. J’espère qu’en vous la racontant, je vais être libérée d’un poids que je porte depuis plus de dix ans. J’étais encore jeune, entre 18 et 19 ans. Je vivais, à l’époque, avec mon oncle, ma mère et mes trois frères aînés. Notre père est décédé et c’est mon oncle qui nous a recueillis.

 traitement remede ejaculation premature precoce rapide libido confidence couple amourMais la vie dans cette maison était le calvaire, car les disputes entre ma mère et son frère (notre oncle) étaient régulières. Un jour, maman a quitté la maison. Nous, les enfants, sommes néanmoins restés avec l’oncle. Jusqu’à mes 20 ans, j’ai vécu sous son soit avec mes frères et nos cousins. Très vite, les difficultés financières, surtout, après la retraite de mon oncle, se sont abattues sur nous. Chacun devait se débrouiller, parfois. Contrairement à mes frères qui ont arrêté les études pour se chercher, je partais encore à l’école. J’étais la plus jeune.

Je m’entendais à merveille avec celui que je suivais. Il était ambitieux et j’aimais bien qu’il soit motivé par l’envie de se battre pour réussir et aider la famille. Il me confiait ses rêves, lorsque nous discutions. Il m’a raconté qu’il voulait devenir un exploitant forestier. Car, il ambitionnait de devenir un riche homme d’affaires. Mais, ce qu’il ne m’avait jamais dit, et que j’ai fini par découvrir, c’est qu’il fréquentait un marabout. Ce dernier lui conseillait un certain nombre de rituels qu’il devait effectuer régulièrement. Lorsque j’ai découvert cela, ça m’a déçu. Mais mon frère a essayé de me rassurer en me faisant comprendre qu’il ne faisait rien de mal. Je ne trouvais pas cela normal et, surtout, si notre oncle apprenait cela, il risquait de le mettre à la rue. C’était un musulman pieux qui ne tolérait pas les choses contraires aux préceptes de l’Islam.

Mais ce qui s’est passé par la suite a été très traumatisant pour moi. Et j’ai eu beaucoup de mal à m’en remettre. C’est une affaire de famille terrible que je révèle.

En effet, à l’occasion de la fête de l’indépendance, le 7 août, mon frère m’a invitée à sortir. Cela n’était pas dans ses habitudes. Mais il m’a dit qu’il était doublement heureux, car il avait trouvé un emploi dans une entreprise de la place. Etant donné que j’étais sa meilleure confidente, il m’invitait donc à célébrer l’événement. Ce jour-là, il m’a forcée à boire, mais j’ai refusé. Je ne bois pas d’alcool. J’ai cependant bu des sucreries et au bout d’un moment, je me sentais fatiguée. J’ai décidé de rentrer. Une fois dans le taxi, j’ai commencé à dormir. Je ne sais même pas pendant combien de temps, ni comment je suis arrivée à la maison. J’étais comme plongée dans un état comateux. Malgré tout, ma mémoire enregistrait ce qui se passait autour de moi. J’étais comme droguée. Mais je ne pouvais rien faire. C’est ainsi que mon frère m’a emmenée à la maison. Il n’y avait personne, ce jour-là, car les gens étaient sortis. Là, mon frère a commis son forfait, en abusant de moi, sa propre sœur. Bien que vaguement consciente, je n’avais pas la force de protester, ni de faire quoi que ce soit. Il a assouvi son instinct.

Malheureusement pour lui, et comme Dieu ne dort pas, il a été surpris en flagrant délit par notre oncle, rentré plus tôt que prévu. Il a poussé la porte que mon frère n’avait pas eu la présence d’esprit de boucler. Et il est tombé sur cette scène qui l’a cloué sur place.

En fait, mon frère expliquera plus tard qu’il était allé consulter un marabout, à qui il avait soumis son rêve de devenir riche. Ce dernier lui avait demandé de coucher avec sa mère. Ou à défaut, avec une de ses sœurs. Pour ce faire, le marabout lui avait donné un délai de 10 jours. Mais mon frère ne savait pas comment y parvenir. C’est seulement au bout du 8ème jour, avant la date butoir, qu’il s’est décidé à passer à l’acte. Alors, il a eu l’idée diabolique de me droguer. Car, il savait que je n’accepterais jamais une telle chose.

Voilà comment, blessée et humiliée par mon propre frère, j’ai été pendant un long moment déçue de la vie. Après son forfait, il a dispau de la cour. Nous n’avons plus eu de ses nouvelles, jusqu’à ce jour. Je me demande comment il a pu abuser ainsi de moi, à cause de l’argent. Le diable ne donne rien pour rien. Et cela, beaucoup de personnes ne l’ont malheureusement pas encore compris. J’ai été très attristée que cela me soit arrivé.

Malgré le temps, je n’arrive pas à oublier. Quand ma mère en a été informée par mon oncle, elle a maudit et renié son fils. Depuis ce jour, elle ne le considère plus comme un enfant sorti de ses entrailles. Nous avons dû étouffer, en son temps, cette affaire dans la famille. Personne n’avait intérêt à ce que cela se sache. J’en parle aujourd’hui, car le temps est passé. Malgré tout, cela ne peut effacer ce que mon cœur et mon âme ont subi comme épreuve. Une chose avec laquelle je suis condamnée à vivre.

Comments

comments

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *